La langue : Hier, aujourd’hui, demain

Hier

En 2015, le ministre responsable de la Francophonie dans le gouvernement Couillard, l’ineffable Jean-Marc Fournier écrivait : « Le français n’est plus sur la défensive : il progresse, il est fier et il s’affirme. On ne le chuchote plus, on le célèbre. Il a retrouvé une légitimité et est de plus en plus reconnu et accepté. »

En 2017, ce même Jean-Marc Fournier avait transmis une lettre à Mélanie Joly. Dans cette lettre, le ministre s’inquiétait de l’assimilation de la minorité anglophone au Québec.

Oui. De la minorité anglophone.

C’était là la position officielle du gouvernement du Québec.

Cette position n’avait pas été accueillie avec un éclat de rire général.

A vrai dire, toute la période post-référendaire a été marquée par un profond déni sur la question de la langue. Il s’agissait de faire semblant que nous avions atteint « l’équilibre linguistique », la « paix linguistique ».

Mais c’était, bien entendu, une illusion.

Dès 1994 nous savions que la Charte de la langue française n’atteignait pas et n’atteindrait pas ses buts. Ça fait 25 ans.

Aujourd’hui

On relit la lettre de M. Fournier aujourd’hui et on se dit « comme les temps changent ».

Car l’année qui vient de s’écouler a été marquée par une pandémie, certes, mais aussi par la prise de conscience aiguë, inédite, du recul du français au Québec.

Nous assistons en fait à un renversement important d’une partie de l’opinion publique sur cette question.

Un récent sondage démontre qu’une majorité écrasante (80%) des Québécois s’inquiète maintenant pour l’avenir du français au Québec.

Et pour cause : dans mon livre, « Pourquoi la loi 101 est un échec », j’ai qualifié la situation du français au Québec de « catastrophe ». Oui, une catastrophe. Je ne crois pas que ce mot soit trop fort.

Les gens prennent conscience que tout ne va pas aussi bien que ce que nous ont dit et répété les Jean-Marc Fournier de ce monde pendant des années.

Imaginez : 69% des francophones sont maintenant favorables à l’extension des clauses scolaires de la loi 101 au cégep! C’est du jamais vu.

Même chose pour 51% des « jeunes » qui sont en faveur de la loi 101 au cégep.

Le monde change.

Les Québécois, après deux décennies d’apathie post-référendaire, ont commencé à comprendre que leur disparition comme peuple leur pendait maintenant au bout du nez. Qu’il leur fallait se remettre en mouvement. Il semble que l’instinct de survie soit en train de s’activer. C’est une excellente nouvelle.

Car les minorités francophones ont été éradiquées partout ailleurs en Amérique du Nord. Les francophones sont en voie de disparition partout au Canada.

Nous ne sommes pas différents des autres. Nous ne sommes pas protégés par un statut fictif de « majorité ». Car il n’y a qu’une seule majorité au Canada et elle est anglophone.

Au Québec même, le poids démographique des francophones est en train de s’écraser tandis que celui des anglophones se maintient ou progresse même. Nous sommes dans une situation inédite à l’échelle historique. Jamais le poids démographique des francophones au Québec n’avait été sous la barre des 80%. Il était de 78% en 2016. Il sera de 77, 76 ou 75% dans le recensement de 2021. Il sera encore plus bas dans le recensement de 2026. Etc.

La moitié des substitutions linguistiques des allophones s’en va vers le groupe anglophone, qui représente pourtant seulement 8% de la population du Québec.

Le rapport de force entre l’anglais et le français au Québec est de 10 pour 1. En faveur de l’anglais. Au Québec, les anglophones ont les attributs sociologiques d’une majorité.

Nous sommes en train de nous faire minoriser chez nous.

Voilà la situation d’aujourd’hui.

Une catastrophe.

Demain

Il faut continuer à travailler pour mobiliser, sensibiliser les gens à la question de la langue. Car la langue, c’est la culture.

La question linguistique est la clé qui va permettre aux gens de réaliser que le bilinguisme égalitaire idyllique promu au Canada est une fiction et agit tel un anesthésiant.

A cette fiction, il faut opposer des données. Des faits.  Chiffrés.

Il faut cesser de se fier aux beaux discours et il faut surveiller où va l’argent.

Par exemple, le gouvernement de la CAQ vient de déposer un projet de loi sur la langue. Un projet de loi supposément « costaud ». Il mène actuellement une campagne médiatique de service après-vente pour essayer de nous convaincre que ce projet est bel et bien « costaud ».

Manque de pot : dans un récent sondage, seuls 31% des répondants pensaient que le projet de la CAQ serait efficace pour renverser le déclin de la langue française au Québec.

Pendant que la CAQ « spinne » son projet de loi 96, elle finance un agrandissement princier de plus de 100 millions de dollars à Dawson, pourtant déjà le plus gros et le plus riche cégep au Québec. Ceci alors que les besoins des cégeps en région sont criants.

La CAQ travaille aussi à faire don de l’ancien hôpital Royal Victoria, un bien public patrimonial et un site exceptionnel, à McGill, une corporation privée et un empire financier qui dispose déjà d’une fondation de 1,7 milliards de dollars et de biens immobiliers évalués à quelques 5 milliard de dollars. Le don du Royal Vic représente, à terme, un transfert de quelque 1 milliard de dollars en fonds publics à McGill. Aucun autre projet de revalorisation n’a été considéré pour le site.

Pendant ce temps, l’UQAM prévoit un déficit de 16 millions de dollars pour 2021-2022. Elle devra couper dans sa masse salariale et dans ses dépenses.

En éducation postsecondaire, l’État québécois récompense le fort et pénalise le faible.

En immigration, la CAQ refuse de fermer les collèges privés anglophones qui font miroiter à des immigrants Indiens potentiels un « fast track » pour l’immigration au Canada. Moyennant des frais d’études de 25 000$/an. En quelques années, nous sommes passés de 0 à quelques 15 000 Indiens qui étudient dans ces collèges privés. Et qui sont ensuite sélectionnés, en partie, comme immigrants par le Québec. En quelques années, le Québec a ainsi bousillé les mécanismes historiques de sélection des immigrants. Ces mécanismes sont pourtant ceux qui avaient permis de hausser significativement les substitutions linguistiques des allophones vers le français. Rappelons que c’est la politique d’immigration, avant tout, qui a permis de faire passer les substitutions linguistiques des allophones de 27% au début des années 70 à 55% vers le français en 2016.

Il faudrait que 90% des substitutions linguistiques des allophones se fassent vers le français pour qu’il y ait simplement une stabilité relative du poids démographique des francophones. Nous sommes loin du compte.

Il faudrait également que l’assimilation des francophones soit nulle. Mais l’assimilation des jeunes francophones a doublé entre 2006 et 2016. Sur l’île de Montréal, elle est maintenant de 6%.

Bref, pour comprendre ce qui se passe réellement, il importe de se fier aux faits et non pas aux belles paroles.

Où va l’argent?

Pourquoi les fonds publics québécois, notre argent, sert-il à nous minoriser chez nous?

C’est la question qu’il faut poser. Encore et encore.

« Follow the money », comme ils disent!

En suivant la piste de l’argent, nous arriverons peut-être, comme dans les contes des frères Grimm, à nous échapper du labyrinthe de notre minorisation.

Merci!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s