Salaire des recteurs: une impuissance volontaire

Chaque année, juste à temps pour Noël, Le Journal de Québec nous fait part des émoluments dont les universités ont gratifié leur plus haut dirigeant au cours de l’année. On peut ainsi constater que le cadeau placé en dessous du sapin pour ceux-ci est un peu plus gros chaque année.  

Ainsi, la rectrice de McGill University, Suzanne Fortier, a obtenu plus de 860 000 $ cette année. Au sommet du palmarès trône McGill, en deuxième place arrive l’Université de Montréal (442 961 $), et ensuite Concordia (426 129 $), l’Université Laval (339 351 $), Sherbrooke (333 843 $) et, à la toute fin, l’UQAM (235 000 $). Rappelons que le salaire médian d’un professeur à temps plein tourne autour de 130 000 $ (Statistique Canada). 

Une augmentation de 300 %

La dernière étude sur le salaire des cadres dans les universités faisait état du fait que la masse salariale de ceux-ci avait augmenté de 300 % entre 1997 et 2009 (Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université FQPPU, 2013), soit 11 fois le taux d’inflation durant la même période. 

Cette augmentation débridée serait due, selon la FQPPU, à une « bureaucratisation croissante des universités » et à un «laisser-aller» de la part de la conférence des recteurs (anciennement CREPUQ, maintenant BCI). Les salaires des recteurs des universités anglophones sont ceux qui augmentent le plus vite. Il y a donc un «laisser-aller» généralisé dans tout le réseau universitaire (à part du côté de l’université du Québec, dont les salaires sont plafonnés par le gouvernement) et celui-ci est particulièrement intense du côté anglophone. 

Cette gabegie, faut-il pourtant le souligner, est soutenue et permise par les fonds publics, dont dépendent grandement les universités. Les recteurs ne sont pas des présidents de banques; la majorité des fonds dont ils disposent proviennent des contribuables. 

Désorganisation de l’enseignement supérieur

Face à cela, la semaine passée, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, s’est dite «impuissante». Ne nous y trompons pas; cette «impuissance» est le reflet du laisser-aller gouvernemental face aux universités et de la désorganisation du secteur de l’enseignement supérieur, que le Québec s’entête à considérer comme un «libre marché» à financer à coups de milliards de dollars au gré des projets de chacun, sans plan ni vision d’ensemble. https://fbe6e8834a53e0ffcbd23d1333ef5990.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Et de surcroit, un «libre marché» où la concurrence sévit aussi en fonction de la langue d’enseignement, un jeu inégalitaire où les universités anglophones sont favorisées par l’argent d’Ottawa, des étudiants internationaux, de la philanthropie privée et, aussi, il faut le dire, par un certain parti pris de Québec en faveur des anglophones, le don du Royal Victoria à McGill et l’agrandissement de Dawson constituant les démonstrations les plus récentes, et choquantes, de ce système à deux vitesses. 

En 2013, par suite du «Printemps Érable», le rapport préparé par Lise Bissonnette et John R. Porter (« L’université québécoise: Préserver les fondements, engager des refondations ») affirmait que (p.50) : « Les deux vitesses se sont instaurées, sans qu’on fasse d’histoire, le long des lignes linguistiques les plus classiques qui soient au Québec. Vitesse de croisière pour les uns, ralenti pour les autres.» Et aussi (p.13): «Tout s’est passé depuis près de cinquante ans comme si l’État s’estimait étranger à la conception et à l’architecture d’un système que ses discours en forme de mantra disent pourtant essentiel au développement de la société qu’il gouverne» (p.13). Voilà qui résume tout. 

Les salaires démesurés des recteurs ne sont que le reflet du désordre et du laxisme de Québec en enseignement supérieur. «L’impuissance» de la ministre est, en fait, sélective, choisie et volontaire. Cela doit cesser. 

Frédéric Lacroix, Chercheur indépendant, chroniqueur et essayiste

Les étudiants internationaux: nouveau vecteur d’anglicisation du Québec

En l’espace de quelques années, Frédéric Lacroix s’est imposé comme un des chercheurs les plus perspicaces et les plus écoutés quand vient le temps d’analyser la situation du français au Québec. Et depuis quelque temps, il nous met en garde contre le rôle des institutions d’enseignement supérieur dans l’anglicisation du Québec. Le problème est bien plus grave qu’il n’y paraît, comme il nous l’explique dans ce grand entretien qui analyse dans toutes ses dimensions le problème.

MBC: Que se passe-t-il avec les étudiants étrangers au Québec? Car à vous entendre depuis quelque temps, la situation semble alarmante.

FL: Le Devoir révélait, dans un article du 19 novembre dernier, qu’Ottawa refusait de plus en plus d’accorder des permis d’études temporaires à des étudiants francophones pourtant dûment acceptés par des institutions d’enseignement québécoises. Ces refus semblent cibler surtout les étudiants originaires d’Afrique, malgré des dossiers répondant à toutes les exigences. Ainsi, en moins de deux ans, Ottawa a refusé des permis à 35 642 étudiants originaires d’Afrique. Le taux de refus de permis au Québec par Ottawa oscille entre 61 et 52% dans les dernières années, soit de 15 à 20 points de plus que le taux moyen de refus ailleurs au Canada. Encore mieux: le taux de refus au Québec est plus élevé que celui qui est hors Québec pour des étudiants originaires des mêmes pays d’Afrique. Il est difficile d’éviter d’en arriver à la conclusion que ce que les services d’immigration canadiens n’aiment pas, c’est le fait que ces étudiants se destinent à des études en français au Québec.

A contrario, les étudiants anglophones, dont le nombre augmente exponentiellement au Québec depuis des années, sont accueillis à bras ouverts par Ottawa. En 2020, par exemple, 24 042 permis ont été décernés à des étudiants originaires de l’Inde, ce qui constitue 69% de tous les permis d’études au Québec cette année-là. Où vont étudier ces Indiens? Massivement, dans le réseau collégial privé de langue anglaise. Tout porte donc à croire qu’Ottawa exerce une discrimination flagrante envers les étudiants qui souhaitent venir étudier en français au Québec.https://f3e86726cc32a596267d73d16ef082b0.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Dans les dernières années, il y a eu un revirement spectaculaire dans la fréquentation des institutions d’enseignement québécoises par les étudiants étrangers. Alors qu’auparavant, la majorité des étudiants étrangers au collégial, par exemple, étaient inscrits dans les cégeps de langue française, c’est maintenant l’inverse: la majorité des étudiants étrangers sont inscrits dans les institutions de langue anglaise. Ce revirement majeur s’est produit en douce, sans faire de vagues, presque en cachette.

La figure suivante illustre l’évolution dans le temps de la proportion des étudiants internationaux qui sont inscrits dans un cégep de langue anglaise au Québec (source).

Face à ce revirement, l’absence de réaction du gouvernement du Québec est frappante. On se rappellera qu’à la suite des arrestations de certains dirigeants de collèges privés ou d’agences de recrutement d’étudiants étrangers indiens par l’UPAC en 2020, pour allégations de «stratagèmes de fraude» face au système d’immigration, la ministre responsable de l’Enseignement supérieur (MES), Danielle McCann, fut forcée de s’intéresser à la question. En juin 2021, elle a réagi au rapport d’enquête (qui est toujours en grande partie confidentiel) en mettant en place une série de «mesures» ciblant les collèges privés, mesures qu’il serait charitable de qualifier de «minimalistes». Par exemple, Mme McCann songeait, «possiblement», à intégrer des «notions» de français dans les parcours d’études des étudiants étrangers. Les timides solutions retenues par la ministre sont sans commune mesure avec l’ampleur des problèmes.

Car ce qu’il faut bien comprendre, comme le rapport d’enquête du MES l’a révélé, c’est que la grande majorité de ces étudiants sont au Québec non pas pour acquérir un diplôme, mais pour la première étape dans leur processus d’immigration au Canada. L’intérêt premier des étudiants «n’est pas les études», comme le dévoilait le rapport d’enquête. Voilà pourquoi ils acceptent de payer en moyenne 25 000$ afin d’obtenir une «Attestation d’études collégiales», ou AEC, sésame qui leur ouvre l’admissibilité aux programmes d’immigration permanents. Vingt-cinq mille dollars versés à un collège privé, c’est le prix d’entrée pour participer à la loterie de l’immigration canadienne.https://f3e86726cc32a596267d73d16ef082b0.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

MBC: Quel est le lien entre les étudiants étrangers et l’immigration?

FL: L’information manquante dans ce dossier, celle qui n’a pas encore, à mon avis, percé la conscience collective, est le lien de plus en plus étroit entre le système d’immigration et le système d’enseignement supérieur.

Il faut savoir qu’Ottawa a opéré, depuis quelques années, une transformation radicale du système d’immigration canadien. En 2014, le gouvernement fédéral a lancé sa nouvelle stratégie en matière d’éducation internationale, stratégie qui visait à doubler le nombre d’étudiants étrangers au Canada d’ici 2022, en soulignant explicitement que ces étudiants étaient admissibles à la résidence permanente et constitueraient dans l’avenir une source importante de main-d’œuvre. En avril dernier, le ministre de l’Immigration fédéral a, en plus, ouvert 40 000 nouvelles places pour des immigrants permanents issus des institutions d’enseignement canadiennes.

Historiquement, le processus d’immigration était un processus en «une étape», c’est-à-dire que les immigrants, du moins les immigrants économiques, étaient sélectionnés directement à l’étranger sur la base de leur adéquation avec les besoins du pays. Ces besoins étaient exprimés à l’aide d’une grille de sélection accordant des points selon que l’immigrant possédait telle ou telle caractéristique (âge, niveau de scolarité, connaissance des langues, etc.).

Mais un processus en «deux étapes» concurrent a progressivement été mis en place. La première phase de celui-ci consiste dans la venue de l’immigrant à l’aide d’un statut temporaire (permis de travail ou permis d’études); une fois un diplôme ou une expérience de travail acquis, il peut alors postuler pour un statut permanent à l’aide du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), créé spécifiquement par Québec pour répondre à cet objectif d’Ottawa. Si le Programme régulier des travailleurs qualifiés existe toujours (il s’agit du volet de l’immigration dite «économique»), son importance relative dans les dernières années n’a cessé de décroître. On estime qu’environ 50% des immigrants permanents au Canada sont maintenant issus de la filière de l’immigration temporaire. Et cette proportion est en augmentation rapide. Les collèges et les universités, même au Québec, ont donc été intégrés au système d’immigration canadien; ils forment le premier maillon du système d’immigration canadien. Ce rôle qui leur a été assigné par Ottawa leur est très lucratif; on estime qu’aujourd’hui, les universités récoltent plus d’argent de la part des étudiants internationaux que de celle des gouvernements provinciaux. Les universités sont donc, à l’aide d’Ottawa, en train de s’autonomiser, dépendent de moins en moins des gouvernements «provinciaux», et de plus en plus des programmes gérés par Ottawa. Dans les faits, indirectement, le fédéral est en train de prendre progressivement le contrôle du réseau postsecondaire.

Cela est aussi vrai au Québec, et surtout pour les institutions d’enseignement de langue anglaise. Ce sont les institutions offrant des programmes en anglais, majoritairement, qui profitent de la manne des étudiants étrangers. Cela explique pourquoi tout le réseau universitaire de langue française est en train de s’angliciser à grande vitesse; il s’agit de tenter de compétitionner avec McGill, Concordia et Bishop’s en tentant d’attirer une part de la manne des étudiants étrangers. À HEC, par exemple, le succès des programmes en anglais est tel que les programmes en français sont en perte de vitesse et sont menacés, si le déclin se poursuit, de fermeture. Les étudiants étrangers qui viennent faire un MBA à HEC peuvent payer jusqu’à 40 000$ par année de frais de scolarité. Pour les universités de langue française, l’anglicisation est donc une décision rationnelle, une décision d’affaires. Refuser de le faire signifierait qu’on accepte un statut de deuxième rang face à McGill. Dans le naufrage actuel des institutions de langue française, Ottawa est le chef d’orchestre et Québec se contente de suivre la partition qui lui est dictée par le fédéral.

La mission des institutions d’enseignement de langue anglaise, premièrement, mais aussi celle des institutions de langue française au Québec ont donc, dans les dernières années, été détournées. Ces institutions ont été intégrées dans la nouvelle stratégie canadienne d’immigration.

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que l’immigration temporaire est entièrement contrôlée par le fédéral; si le Québec possède un certain droit de sélection des immigrants permanents dans la catégorie «immigrants économiques», il n’en possède aucun dans la catégorie des immigrants temporaires, se contentant d’émettre des certificats d’acceptation du Québec (CAQ) aux immigrants admis par les cégeps et les universités. Qui plus est, ce sont les institutions d’enseignement de langue anglaise qui se retrouvent, indirectement, à sélectionner une bonne partie des futurs immigrants permanents au Québec; la première étape du processus pour l’immigrant potentiel est de se faire accepter comme étudiant dans un collège ou une université, par suite de quoi Québec émet (automatiquement et sans poser de questions, selon ce que l’on comprend) un CAQ et le fédéral délivre un permis d’études (ou non). C’est cette dernière étape qui pose problème au fédéral, comme l’a révélé Le Devoir – mais seulement pour les étudiants qui viennent étudier en français au Québec. Pour le dire simplement: une partie croissante de la sélection des immigrants au Québec est maintenant indirectement sous-traitée à McGill, à Concordia, à Matrix, etc. 

Dans mon livre Un libre-choix? Cégeps anglais et étudiants internationaux : Détournement, anglicisation et fraude, je brosse le portrait de l’effet combiné de ce changement de la politique d’immigration avec l’obstination irraisonnée du gouvernement du Québec de maintenir à tout prix la doctrine du «libre-choix» de la langue d’enseignement au postsecondaire, libre-choix qui s’applique autant aux citoyens canadiens qu’aux futurs immigrants. L’effet du laisser-aller du Québec en immigration, combiné au maintien du libre-choix, est une anglicisation rapide de tout le système collégial et universitaire. Et par la bande, de toute la région de Montréal.

Il est à noter que les cégeps privés, qui constituent maintenant la principale porte d’entrée des immigrants anglophones au Québec, ont été exclus du projet de loi 96. Le traitement de faveur fait aux cégeps privés aura d’immenses conséquences sur l’avenir linguistique du Québec. À mon avis, cette voie d’accès à la citoyenneté canadienne au Québec devrait être simplement fermée, car elle ne sert aucunement les intérêts supérieurs du Québec. Le gouvernement du Québec en a le pouvoir. Il peut simplement retirer les permis de ces établissements. Ou refuser d’émettre des CAQ. Mais il refuse d’agir.

Pire, Québec accélère même le processus. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’agrandissement de 100 millions promis à Dawson College et le don royal (une valeur de 700 à 1000 millions de dollars) de l’ancien hôpital Royal Victoria (un bien public) à McGill University (une corporation privée); un but de ces agrandissements est de permettre à ces institutions de langue anglaise d’accueillir encore plus de lucratifs étudiants internationaux, étudiants qui permettront à ces institutions de s’enrichir et de prendre éventuellement encore plus d’expansion. Notons que McGill University est pourtant, et de très loin, l’université la plus riche au Québec, avec 1,7 milliard de dollars dans sa fondation et des actifs immobiliers de près de 5 milliards de dollars. Québec s’apprête donc à faire un don gargantuesque à l’université la plus riche, et une université anglaise, pour lui permettre de consolider encore plus sa position de domination à Montréal. Cela est incompréhensible.

Ces étudiants, socialisés et intégrés au Québec anglais, seront ensuite sélectionnés par Québec comme immigrants permanents, pour peu qu’ils démontrent une «connaissance» minimale du français (une exigence du PEQ). Une fois admis, ils iront grossir les rangs de la communauté anglophone. Québec rompt ainsi avec la politique d’immigration historique qui cherchait à sélectionner des immigrants francophones qui allaient s’intégrer au Québec français. C’était cette politique, surtout, qui avait permis une amélioration des substitutions linguistiques des allophones vers le français. Ce que le changement de cap d’Ottawa et de Québec annonce pour l’avenir, c’est une accélération brutale du recul du français dans toute la région de Montréal.

Nous avons vu s’exprimer dans la personne du candidat Balarama Holness, aux dernières élections municipales, une volonté maintenant ouverte d’extraire Montréal du Québec français et d’en faire une région autonome à dominante anglophone. Et le gouvernement du Québec appuie sur l’accélérateur de cette tendance, qui prendra de l’importance dans les décennies à venir, au fur et à mesure que le poids démographique des francophones s’écroulera au Québec en général et dans la région de Montréal en particulier. On comprend très mal ici la logique d’un gouvernement qui se dit par ailleurs nationaliste.

MBC: Que faudrait-il faire? Y a-t-il des réformes envisageables pour renverser cette situation?

FL: Le changement du système d’immigration canadien signifie que la doctrine du «libre-choix» au postsecondaire, doctrine qui pouvait possiblement se justifier dans le passé, ne peut plus tenir. On ne peut pas utiliser les institutions d’enseignement pour angliciser les futurs immigrants et ensuite, prétendre les franciser en leur offrant des cours de français, même gratuits. Car l’intégration à la communauté anglophone est déjà réalisée et l’usage de l’anglais, fermement ancré. Demander une connaissance du français a posteriori ne suffira pas à changer cet état de fait. Car il faut savoir que c’est l’usage d’une langue, et non pas sa simple connaissance, qui détermine sa vitalité et son attractivité. Imposer l’usage de l’anglais dans les institutions d’enseignement a des effets infiniment plus structurants que de tenter d’imposer la connaissance du français par après. Le gouvernement du Québec semble ignorer la distinction fondamentale à faire entre «usage» et «connaissance».https://f3e86726cc32a596267d73d16ef082b0.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Il faut donc renoncer au libre-choix, doctrine qui a la même origine intellectuelle que la Loi sur les langues officielles fédérale, soit le bilinguisme compétitif. Le réseau postsecondaire de langue française ne pourra pas survivre si on lui impose de compétitionner avec le réseau de langue anglaise, car la compétition se fait à armes très inégales; d’un côté, les étudiants qui veulent étudier en anglais viennent souvent de pays plus riches que ceux qui viennent étudier en français, et de l’autre, les universités anglaises, comme McGill, sont plus riches. Quand on force l’UQAM (28,7 millions de dollars dans sa fondation) à compétitionner avec McGill (1700 millions dans sa fondation), on sait déjà qui va gagner.

Il faut aussi restructurer toute la politique d’immigration du Québec pour se dégager du virage imposé par le fédéral et tenter de revenir à la politique d’immigration historique du Québec, qui était de sélectionner préférentiellement des francophones ou des «francophonisables». Cela signifie que les étudiants qui obtiennent des diplômes de programmes en anglais au Québec ne doivent pas être admissibles au Programme de l’expérience québécoise ou au Programme régulier des travailleurs qualifiés. Si le Québec n’a aucun pouvoir de sélection face à l’immigration temporaire, il pourrait, par contre, selon les termes de l’Entente Canada-Québec, refuser d’accorder des CAQ automatiquement à quiconque est accepté par une institution anglaise. Il pourrait limiter le nombre de CAQ émis pour les programmes en anglais à 10% du total annuel, soit l’équivalent du poids démographique des anglophones.

Il faut aussi se pencher sur ce qui se passe du côté des travailleurs temporaires, dont le nombre augmente exponentiellement depuis des années. Il faudrait, à mon avis, refuser d’émettre des CAQ pour des travailleurs destinés à des entreprises dont la langue de travail est l’anglais (ce qui est très souvent le cas à Montréal). Car il est évident, les mêmes causes produisant les mêmes effets, que des travailleurs temporaires qui travaillent en anglais au Québec iront éventuellement grossir les rangs de la communauté anglophone une fois acceptés comme immigrants permanents.

Bref, même coincé dans le statut «provincial» qui est le sien, le Québec a une certaine marge de manœuvre pour tenter de redresser la situation. Il n’est pas condamné à l’impuissance.

Ce qui semble faire le plus cruellement défaut, c’est la volonté politique de changer les choses.

Mais M. Legault a entre ses mains ce qui est peut-être la dernière chance historique d’infléchir le destin qui est maintenant réservé au Québec français, soit la minorisation, le déclin et l’agonie culturelle.

Soit il saisit cette chance, soit les nationalistes, je dis bien les nationalistes, doivent, de toute urgence, travailler à une alternative politique.

Anglais à Montréal : Il n’est pas trop tard, il suffit de se retrousser les manches, dit Frédéric Lacroix

Entrevue avec Frédéric Lacroix, essayiste et chercheur indépendant.  Loi 101, problème avec le français à Montréal : est-ce que la réforme de la Loi 101 du gouvernement caquiste évite de s’attaquer au cœur du problème qui est le cégep ? Aussi, quelle est la place du français au travail ?

https://www.qub.ca/radio/balado/sophie-durocher?track=1060720678

Les cégeps anglais et les étudiants internationaux

André Burelle, Le Devoir, 2 octobre 2021

Le chercheur Frédéric Lacroix vient de publier un nouvel essai intitulé Un libre choix ? Cégeps anglais et étudiants internationaux : détournement, anglicisation et fraude. Commentant cet ouvrage dans Le Devoir du 23 septembre, Marco Fortier résume ainsi la thèse de Frédéric Lacroix : le Québec a pu demeurer largement francophone grâce à une série de facteurs, y compris la sélection d’immigrants qui ont une bonne connaissance de la langue française. Mais au cours de la dernière décennie, Ottawa a ouvert les vannes de l’immigration temporaire — sur laquelle le Québec n’a pas de prise — pour attirer des travailleurs dont le pays a bien besoin. La vaste majorité des immigrants arrivent désormais au Canada grâce à des permis temporaires d’études et de travail qui mènent par la suite à une résidence permanente. […] Les universités et les cégeps orientent ainsi une part importante de l’immigration en fonction de leurs propres intérêts […] La solution serait d’exiger que les candidats à la résidence permanente aient suivi un programme d’études en français.

Le consentement du Québec

Je ne conteste pas ce diagnostic de Frédéric Lacroix, comme résumé par Marco Fortier, sauf quand il affirme que l’immigration temporaire est une réalité sur laquelle Québec n’a pas de prise. Dans l’Accord Canada-Québec relatif à l’immigration et à l’admission temporaire des aubains, signé en 1991 et mieux connu sous l’appellation « entente Gagnon-Tremblay–McDougall », il est écrit en toutes lettres, à l’article 22 : « Le consentement du Québec est requis avant l’admission dans la province :

de tout étudiant étranger qui n’est pas choisi dans le cadre d’un programme du gouvernement canadien d’assistance aux pays en voie de développement ;

de tout travailleur temporaire étranger dont l’admission est régie par les exigences du Canada touchant la disponibilité de travailleurs canadiens ;

de tout visiteur étranger venant recevoir des soins médicaux. »

Concrètement, le consentement du Québec est donc requis pour la presque totalité des étudiants étrangers, pour une forte proportion de travailleurs temporaires et pour tout étranger venant recevoir des soins médicaux. Ce consentement obligatoire du Québec date en fait de l’entente Cullen-Couture conclue entre les gouvernements Lévesque et Trudeau en 1978. Et il constitue une forme de veto qui vient limiter le pouvoir d’Ottawa en matière d’immigration temporaire.

Les raisons du Québec de donner ou non son consentement à l’admission de ces visiteurs étrangers sur son territoire ne sont mentionnées nulle part dans l’entente, mais l’un des considérants de l’accord Canada-Québec de 1991 proclame la volonté du gouvernement du Canada et du gouvernement du Québec de conclure une nouvelle entente, inspirée de l’entente Cullen-Couture, pour fournir au Québec de nouveaux moyens de préserver son poids démographique au sein du Canada et d’assurer dans la province une intégration des immigrants respectueuse du caractère distinct de la société québécoise.

Selon cette logique, je vois mal ce qui empêcherait le Québec de s’attaquer, en amont, aux problèmes dénoncés par M. Lacroix en limitant très sérieusement le nombre d’étudiants recrutés à l’étranger pour des programmes d’études non offerts en français ou, en aval, d’exiger des étudiants déjà sur place qu’ils aient suivi « un programme d’études en français » pour être sélectionnés par le Québec en vue d’obtenir le statut de résident permanent, comme le suggère Frédéric Lacroix.

Le courage politique

Il suffirait à nos gouvernants d’avoir le courage politique de poser pareil geste. Car, comme le souligne à juste titre M. Lacroix, c’est sur l’échiquier québécois que les universités et les cégeps, sous-financés et en mal de clientèles payantes, orientent une part importante de l’immigration temporaire en fonction de leurs propres intérêts. Et il en va de même des entreprises, pour qui le recrutement des travailleurs dont elles ont besoin devrait obéir, selon elles, aux seules lois aveugles du marché.

Le Québec ne cesse de réclamer de nouveaux pouvoirs en matière d’immigration. Peut-être devrait-il se servir des pouvoirs qu’il possède déjà pour faire contrepoids à ses propres groupes de pression et faire valoir les droits légitimes du français au sein d’un continent où l’anglais règne en maître et impose de plus en plus son empire à l’échelle de la planète.

À ceux et celles qui désirent connaître plus en profondeur l’entente Gagnon-Tremblay–McDougall, je conseille la lecture en ligne du bulletin de recherche publié sur le sujet par la Bibliothèque du Parlement canadien.

Les cégeps dans l’angle mort de l’anglicisation à Montréal

Marco Fortier, Le Devoir, 23 septembre 2021

L’explosion du nombre d’étudiants étrangers qui ne maîtrisent pas le français menace l’équilibre linguistique à Montréal. Dans un nouvel essai à paraître le 7 octobre, que Le Devoir a obtenu, le chercheur Frédéric Lacroix braque les projecteurs sur ce qu’il considère comme un angle mort du projet de loi 96 : le recrutement massif de futurs citoyens du Québec par la porte d’entrée de l’enseignement en anglais.

L’arrivée de milliers d’étudiants internationaux est en train de changer le visage de Montréal, qui risque de devenir une « cité-État anglophone » si Québec ne réagit pas, affirme Frédéric Lacroix. Il livre ce plaidoyer dans l’ouvrage Un libre choix ? Cégeps anglais et étudiants internationaux : détournement, anglicisation et fraude, édité par le Mouvement Québec français.

Pour l’auteur, il ne fait aucun doute que le « bonjour / hi » extrêmement répandu dans les commerces du centre-ville est dû en bonne partie au recrutement de milliers d’étudiants étrangers n’ayant aucune maîtrise du français. Ces jeunes étudient, travaillent et consomment en anglais. Ce n’est pas de cette façon qu’ils deviendront des citoyens à l’aise avec la langue nationale, estime l’auteur.

« On socialise ces nouveaux arrivants en anglais. On les intègre au Québec anglophone, après on les accepte comme immigrants permanents et on prétend les franciser en leur offrant un cours. Cette stratégie-là est démentielle à mes yeux. Au mieux, ils auront des connaissances en français, mais ils n’auront pas l’usage du français », affirme l’auteur au Devoir.

Son ouvrage Pourquoi la loi 101 est un échec, publié en 2020,a remporté le prix du président de l’Assemblée nationale remis à l’essai politique de l’année. Frédéric Lacroix espère que son nouveau livre aura autant de retentissement dans la classe politique, tandis que le projet de loi 96 visant à renforcer le français est étudié en commission parlementaire.

L’auteur ne remet aucunement en question le droit de la communauté anglophone du Québec à l’éducation, aux soins de santé et à une série d’autres services dans sa langue. La fréquentation des universités et des cégeps de langue anglaise dépasse toutefois largement le poids de la minorité anglaise à cause de l’engouement des francophones et des allophones pour l’enseignement supérieur dans la langue de Shakespeare.

Cela augure mal pour l’avenir des cégeps francophones, malgré la hausse de près de 22 000 étudiants dans le réseau prévue d’ici 2029, estime Frédéric Lacroix. Il croit que le gel de l’effectif des cégeps anglais au niveau de 2019, décrété par Québec, est insuffisant : les anglophones sont déjà minoritaires dans les cégeps anglais de Montréal, où ils forment environ 40 % de l’effectif. Les allophones (38 %) et les étudiants ayant le français comme langue maternelle (21 %) continueront de peupler massivement les cégeps anglais de l’île, au détriment des établissements francophones.

« Facteur majeur d’anglicisation »

Le libre choix de la langue d’enseignement au collégial est un « facteur majeur d’anglicisation de Montréal », dénonce l’auteur. Il est convaincu que le gouvernement Legault doit étendre la loi 101 au réseau collégial, y compris aux collèges privés non subventionnés, qui rappellent les fameuses « écoles passerelles » permettant d’accéder à l’éducation en anglais au primaire et au secondaire.

Des collèges privés non subventionnés profitent largement de cette « marchandisation de l’éducation ». Radio-Canada et Le Devoir ont documenté comment ces collèges remplissent leurs classes de jeunes venus de l’Inde en offrant à gros prix de courtes formations en anglais, qui mènent à un permis de travail, puis à la résidence permanente pour les étudiants et leur famille. Ces collèges vendent d’abord et avant tout l’accès au Canada, fait valoir Frédéric Lacroix.

Le Québec a pu demeurer largement francophone grâce à une série de facteurs, y compris la sélection d’immigrants familiers avec la langue française, rappelle l’auteur. Or, Ottawa a ouvert les vannes de l’immigration temporaire — sur laquelle le Québec n’a pas de prise — au cours de la dernière décennie pour attirer des travailleurs dont le pays a bien besoin : la vaste majorité des immigrants arrivent désormais au Canada par des permis temporaires d’études et de travail, qui mènent par la suite à une résidence permanente.

Le recrutement massif d’étudiants étrangers fait partie de la stratégie d’immigration du gouvernement fédéral. L’objectif était de doubler le nombre d’étudiants venus d’autres pays entre les années 2014 et 2022.

Cette immigration temporaire de travailleurs et d’étudiants était autrefois marginale. Elle est devenue la principale porte d’entrée au pays, et c’est majoritairement en anglais que cela se passe, même au Québec,déplore Frédéric Lacroix.

Une hausse fulgurante

« Quand on regarde les chiffres, c’est vraiment renversant. Il y a eu une croissance exponentielle du nombre d’étudiants internationaux et de l’immigration temporaire. En moins de 10 ans, on est passés d’une situation où ce n’était pas sur l’écran radar à un facteur majeur d’anglicisation », dit-il.

Le nombre d’immigrants temporaires au Canada a été multiplié par sept entre 2000 et 2018, pour atteindre 429 300 personnes. En 2019, le Québec a accueilli 158 965 immigrants temporaires (et 40 565 permanents).

La courbe du nombre d’étudiants étrangers suit la même tendance. En 2019, il y avait 73 505 étudiants étrangers de niveau postsecondaire au Québec, la majorité pouvant s’exprimer en anglais. Plus de 70 % d’entre eux (63 050) étaient inscrits sur l’île de Montréal. La hausse a été fulgurante au collégial, où leur nombre a plus que triplé en cinq ans (de 6285, en 2014, à 22 805 en 2019). Ce bond de 16 520 étudiants équivaut à deux fois l’effectif du collège Dawson.

Les universités et les cégeps orientent ainsi une part importante de l’immigration en fonction de leurs propres intérêts, souligne Frédéric Lacroix. La solution serait d’exiger que les candidats à la résidence permanente aient suivi un programme d’études en français.

«Un dernier soubresaut»? Au Québec, une vaste réforme pour assurer la survie du français

Jérôme Blanchet-Gravel, Sputniknews,

Le gouvernement Legault vient de dévoiler un important projet visant à renforcer la principale loi protégeant le français au Québec. Une décision susceptible d’influencer le résultat de la prochaine élection fédérale. Mesure cosmétique ou projet d’envergure? Sputnik fait le point avec deux spécialistes de la question linguistique.

La langue française enfin sauvée au Québec? Rien n’est moins sûr, mais le gouvernement Legault entend, à l’en croire, plus que jamais contribuer à sa survie. Pour ce faire, il vient de déposer un projet de loi très attendu visant à renforcer la Charte de la langue française, communément appelée loi 101 dans la Belle Province.

«Le français au Québec va toujours être menacé. Chaque génération a la responsabilité d’assurer sa survie. […] Cette loi, quand elle va être adoptée, va être l’action la plus forte pour protéger notre langue depuis l’adoption de la loi 101 en 1977», a déclaré le Premier ministre, François Legault, sur sa page Facebook.

Ministre de la Justice et ministre responsable de la Langue française, politicien remarqué pour son ardent nationalisme, Simon Jolin-Barrette pilote ce projet qui comporte une quarantaine de mesures.

Reconquista linguistique: des dizaines de nouvelles mesures

Parmi les plus importantes dispositions figurent la création d’un ministère de la Langue française, l’inscription dans la Constitution canadienne de la «reconnaissance de la nation ainsi que du français comme seule langue officielle et commune du Québec», ainsi que la création d’un poste de commissaire au français. Le gouvernement Legault compte aussi limiter le nombre d’admissions d’étudiants francophones dans les établissements anglophones de niveau préuniversitaire (les cégeps, acronyme de «collèges d’enseignement général et professionnel»).

​Lauréat du prix du livre politique de l’Assemblée nationale du Québec pour son livre Pourquoi la loi 101 est un échec (éd. Boréal), Frédéric Lacroix se réjouit de voir Québec agir, mais reste sceptique quant aux résultats. À notre micro, il confie que cette réforme est déjà pour lui «très en deçà des attentes»:

«Le point fort du projet, c’est que, enfin, on fait quelque chose. Les attentes étaient très élevées et ont monté passablement dans les derniers mois, peut-être au-delà de ce que le gouvernement Legault est prêt à livrer. […] C’est un projet majeur, mais c’est certain qu’il ne mettra pas un frein à la minorisation des francophones au Québec», souligne le chercheur indépendant.

Claude Simard, linguiste et professeur retraité de la faculté des sciences de l’éducation de l’université Laval, à Québec, n’est pas plus optimiste:

«Ces mesures juridico-bureaucratiques vont peut-être rassurer les francophones, mais elles ne changeront pas du tout leurs attitudes socio-linguistiques, qui se caractérisent depuis les années 1990 par une tendance à inférioriser leur langue et à survaloriser l’anglais. Un dernier soubresaut donc», tranche l’auteur de nombreux livres et articles sur l’état du français au Québec.

Dans son récent ouvrage, Frédéric Lacroix souligne que le poids des francophones au Québec n’était jamais descendu sous les 80% depuis 1871, alors qu’il se retrouve à 78% aujourd’hui. Dans seize ans, les francophones devraient former 69% de la population selon les projections de l’auteur. La tendance des immigrés à choisir l’anglais et non le français est également un enjeu bien documenté depuis plusieurs années. Le Québec étant une province située en Amérique du Nord, l’anglais y exerce un important pouvoir d’attraction auprès des immigrés allophones. Une réalité surtout reflétée dans la métropole de Montréal. Comme le soulignait Claude Simard dans la revue Argument, 40% des étudiants allophones choisissent de poursuivre leurs études postsecondaires dans un établissement préuniversitaire de langue anglaise.

Le français toujours en déclin

Dans ce contexte, Frédéric Lacroix ne voit pas comment les dispositions évoquées pourraient freiner l’avancée de la langue de Shakespeare. Surtout que le gouvernement Legault vient d’annoncer qu’il reverrait à la baisse l’importance de la connaissance du français dans la sélection des nouveaux arrivants.

«Ça nécessite des objectifs démo-linguistiques beaucoup plus clairs et ambitieux, surtout dans un contexte où le Québec ne dispose pas des pleins pouvoirs. […] Je reconnais l’effort de “débilinguisation” de l’État québécois et de l’administration. En revanche, il faudrait que le gouvernement Legault prêche par l’exemple. Durant la pandémie, tous ses points de presse se sont terminés en anglais», dénonce l’auteur.

Comme Claude Simard, Frédéric Lacroix déplore que la réforme apparaisse surtout comme un «exercice juridique». À ses yeux, le texte devrait d’abord avant tout avoir des «visées culturelles».

Élection fédérale: les politiciens devront se mouiller

«Le gouvernement se montre fier et courageux pour préserver le français au Québec. Mais une langue qui a besoin d’autant de cataplasmes réglementaires a des allures de langue moribonde», laisse tomber Claude Simard, qui rappelle que certaines mesures risquent de soulever d’importantes querelles politiques et juridiques.

Bus de transport scolaire au Canada

Le dépôt du projet de loi pourrait avoir de grandes incidences sur la prochaine campagne électorale fédérale, car il forcera les partis fédéraux à se positionner sur un sujet épineux. Une campagne qui pourrait être déclenchée incessamment. Le Québec ayant un poids électoral considérable dans la fédération (23% de tous les sièges à Ottawa), le fait d’appuyer ou non la réforme de la Charte française pourrait faire perdre ou gagner beaucoup d’appuis aux formations dans la course. Qu’en dira le Premier ministre Justin Trudeau, le chef du Parti libéral du Canada?

Le Prix du livre politique remis à Frédéric Lacroix

Article original

L’Assemblée nationale a remis son Prix du livre politique 2021, prix accompagné d’une bourse de 5 000$. Le grand lauréat, Frédéric Lacroix, a été couronné lors d’une cérémonie virtuelle présidée par le vice-président, M. Marc Picard. Deux bourses de 1 500$ ont également été remises aux autres finalistes.

Frédéric Lacroix a été récompensé pour son essai politique Pourquoi la loi 101 est un échec, publié aux Éditions du Boréal, une œuvre où il réfléchit à la place de la langue française dans le Québec d’aujourd’hui. Selon lui, « la situation du français à Montréal et dans ses couronnes est catastrophique ». Il dénonce dans son ouvrage la présence toujours plus discrète de la langue française et de la culture québécoise, le français étant de plus en plus une langue seconde, qui est parlée, oui, mais seulement quand on l’exige, la langue première, le véhicule de culture, étant l’anglais.

Les deux autres finalistes étaient Patrice Groulx pour François-Xavier Garneau (Éditions du Boréal) et Hugues Théorêt pour La peur rouge : Histoire de l’anticommunisme au Québec, 1917-1960 (Septentrion).

Marc Picard a tenu à féliciter les écrivains s’étant lancés dans la rédaction politique : « Une nouvelle édition des Prix du livre politique vient de se terminer. Nous avons pu constater que la recherche sur la politique au Québec se porte bien. Tant les auteurs que les diplômés honorés ont à cœur de poursuivre l’avancement de nos connaissances sur la société québécoise. Les finalistes se démarquent par la qualité de leurs écrits, mais aussi par l’originalité de leurs recherches. Mes collègues parlementaires se joignent à moi pour féliciter les lauréats et les finalistes de l’édition 2021. Leur réflexion sur la politique québécoise nous enrichit toutes et tous collectivement, et je les en remercie ».